[TERMINÉE] Harle Orimir, loup ailé ronchon.

 :: Cimetière des contes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Lun 12 Juin - 17:34
FICHE D’HARLE ORIMIR


Nom(s) : Orimir
Prénom(s) : Harle
Âge : 26 ans
Sexe : Gros Masculin
Race : Furry loup ailé
Origine : Corin
Classe sociale : Combattant, mercenaire solitaire.


CAPACITÉS
Capacités raciales :
-Vol (contrepartie, des os creux plus fragiles)
-Vision nocturne.
-Sens aiguisés (ouïe/vue/odorat/toucher)

Capacité magique : Ombres huileuses, lvl 10 (550 joyaux)
Permet en général la manipulation d’ombres naturelles. Possibilité d’en créer, plus la masse d’obscurité produite est importante plus cela fatigue le mage. La particularité de cette forme de magie est qu’elle permet de donner de la consistance aux ombres, et ce faisant de les modeler en trois dimensions. Le contact de ces ombres est huileux, un peu gluant, et froid. Plus l’ombre doit être consistante et plus la quantité concernée est grande plus la pratique est épuisante.
(Devrait plus tard permettre une plus grande affinité avec les ombres, et possibilité de proximité physique, par exemple devenir soit même une ombre, ou ne plus être gêné par le manque de lumière.)
Magie faible face à la lumière.


ÉQUIPEMENT
Une houppelande de cuir râpé avec des déchirures pour les ailes. Une faucille très aiguisée. Quelques herbes et des vivres quand il peut. Une fronde. Des bandages propres. Une besace qu’il peut ajuster en sac à dos à s’accrocher à la taille. Un pantalon de toile épaisse descendant jusqu’au haut des pattes et un surcot de cuir bouillit.

PHYSIQUE
Taille : 2m35
Corpulence : Athlétique, 100 kilos.
Couleur de peau : Fourrure, variation d’un gris clair trompant avec le blanc os jusqu’à un noir parfait et légèrement luisant qui rappelle le goudron liquide et les hydrocarbures.
Yeux : Dorés, fendus.
Chevelure : Pas de cheveux mais une crinière de fourrure abondante et sauvage dans les mêmes teintes que le reste de la toison.
Style vestimentaire : Peu de vêtements lorsqu’il se trouve dans un lieu relativement paisible. Dans les forteresses ou dans l’Entrejour, Harle aime rester à l’aise, il se déleste de presque tous ses vêtements pour ne plus porter qu’un short lui arrivant juste au dessus du genou, taillé dans une grosse toile grège. Pour sa vie dangereuse il porte un surcot de cuir bouillit épais qui ne le gêne pas dans ses mouvements, et un pantalon lui descendant jusqu’au haut des pattes, fait de grosse toile. Il s’enrubanne les pattes dans des lanières de cuir fines mais suffisantes pour lui éviter de se blesser. Par-dessus tout cela, il porte une houppelande avec des cicatrices dorsales là où il veut pouvoir laisser passer ses ailes s’il lui est nécessaire de voler. L’habit possède une capuche, est de couleur terre, sale, et lui arrive aux chevilles.
Signes distinctifs : Le noir dans sa fourrure fait des marques, des griffures, mais aussi des comme des gants et des bottes, il semble peinturluré ou enduit de goudron pour un supplice.
Ses immenses ailes et ses larges griffes sont évidemment des signes permettant de le reconnaître, de même que sa taille. Mais comme il n’est pas le seul à être bizarre il faut aussi noter les crocs, les canines, saillant de son museau.


MENTAL
Un inconnu aborde votre personnage, comment réagit-il ?
Il commence par le jauger rapidement en s’assurant qu’il peut rapidement se saisir de son arme ou s’enfuir, puis ensuite il s’intéresse aux petits signes qui peuvent lui apprendre plus sur la personne, et les détails qui ne collent pas afin d’échapper à un assassin ou un mauvais traitre. S’il se sent rassuré, il ne verra aucun mal à discuter tranquillement, à moins qu’il n’ait une affaire urgente à régler.

Votre personnage vient de toucher une bonne somme d'argent, quelle est sa réaction avec ?
Il va s’assurer de la dissimuler du mieux possible jusqu’à ce qu’elle soit en sûreté. Il ne garde jamais beaucoup sur lui, par peur de se faire détrousser et, le jour malchanceux où il aura besoin d’économies, de ne rien avoir pour se rattraper. Il deviendra particulièrement méfiant au contact des gens qui chercheraient à se rapprocher de lui soudainement, aussi bien émotionnellement que physiquement.

Votre personnage a fait une bêtise, quelqu'un s'énerve contre lui, comment réagit-il ?
A moins d’être pressé par un impératif, comme sauver sa peau, il cherchera à réparer les dommages qu’il a put causer, ou à s’excuser s’il a été maladroit avec ses mots et son attitude. Toutefois, il déteste les gens qui s’emportent plus que de raison, et n’hésite pas à répondre de façon cassante ou à en rajouter une couche avant de laisser la personne se débrouiller.

Vous n'avez rien à faire, comment votre personnage passe-t-il le temps ?
Il va se chercher un coin qui convienne à son humeur du moment, peut être un taverne ou une place s’il a envie de se sentir avec du monde autour de lui, peut être un recoin paisible de ville où ne pas subir le bruit de la foule, peut être en faisant du lèche vitrine par curiosité ou en regardant passer les donzelles depuis un point d’observation confortable.

Pour votre personnage fait-il son travail actuel et pas un autre ?
Après avoir longuement travaillé dans les mines Harle en est venu à haïr les grandes institutions qui s’échelonnent en maîtres toujours de plus en plus puissants. En soit, ce n’est pas l’entreprise qu’il hait, mais d’être l’un des individus qu’elle supervise, il se sent prisonnier et maltraité, quand bien même ce n’est pas le cas. Sa soif de liberté et ses différents avec sa famille le poussent vers des travaux qu’il peut accomplir sans être supervisé, et loin des siens.

Quelles sont les passions de votre personnage ?
Il aime, en général, ce qui demande un travail manuel, et de la patience. Pour lui, tailler un bout de bois sans être dérangé est un merveilleux moment passé uniquement avec son esprit et sa créativité, sans personne pour l’ennuyer avec des codes. Il est aussi devenu un amoureux de l’aventure, bien qu’il ronchonne très régulièrement, il n’est pas certain de pouvoir abandonner un jour l’appât de la découverte que les Terres d’Ombres lui présentent.

Qu'est-ce que votre personnage déteste ?
Il déteste devoir se plier aux ordres de quelqu’un en permanence, et préfère les directives qui lui permettent de longs moments de libertés, raison pour laquelle il prend souvent des missions à la surface.
Il hait aussi les lâches, il pense qu’ils sont souvent plus responsables de la mort de leurs compagnons que les désastres que le groupe peut rencontrer. Il n’aura aucun remord à balancer un lâche sous les griffes d’une créature si cela lui permet de s’en tirer ou d’occire le monstre.

Comment votre personnage se comporte-t-il en public habituellement ?
Il reste souvent sur ses gardes, mais se détend avec le temps quand il ne trouve pas de raison de s’inquiéter. Il n’est pas du genre à vouloir attirer l’attention sur lui, même si ce n’est pas toujours facile étant donné sa stature.

Qu'est-ce que votre personnage pense du monde ?
Il est du côté de la Déesse Radieuse, mais ne va jamais dans ses temples pour prier, il ne récite pas les prières et ne fait que rarement des offrandes. En soit, il trouve que les histoires des divinités n’ont pas à être réglées par les mortels. Le monde souffre, mais tel qu’il est, il lui permet de survivre relativement bien, alors il espère que si les deux surpuissantes entités devaient vider leur querelle, elles le feraient très loin de son monde, et pas trop vite pour qu’il puisse profiter encore un peu.

HISTOIRE
Je viens de Corin. C’est une grande ville que tout le monde connaît. Elle dessert l’ensemble de l’Empire en matières premières arrachées à la terre. Ma famille détient une fonderie dans la ville même, cela suffit pour nous tous à survivre. Le marché du métal est stable. L’un de mes cousins est un orfèvre des cristaux, bien évidemment le cristal de Lune est sa principale préoccupation. Pour lui fournir de la matière première, du cristal encore prisonnier de sa gangue de roche.
Traditionnellement, les enfants de la famille doivent tous s’exercer sur le terrain, mais nous restons en arrière plan, le cul sur une chaise à regarder les autres faire. Moi je n’ai pas eut cette chance. L’exploitation à laquelle je me suis rendu pour mon baptême du feu n’appartenait pas à ma famille, pas complètement du moins. Je me suis donc retrouvé sous les ordres du principale propriétaire, un elfe à la peau très pâle, tirant légèrement sur le bleu, et dont les traits coupant ne dissimulaient en rien sa nature. Il n’était pas méchant, pas vraiment, mais pour lui l’ouvrier, en passant la porte de son établissement, devenait un outil plus qu’un être. J’ai trimé longtemps et durement, deux années entières, avant de pouvoir revenir vers ma famille. Je garde de ces mois sous la terre un souvenir insupportable, celui de n’avoir ni raison ni volonté, ma seule fonction étant alors d’obéir et de fracasser des cailloux. Comme tous les autres mineurs, j’étais bien nourrit, décemment logé et rémunéré, mais j’ai détesté le sentiment de perdre ma valeur d’être, de chose vivante et pensante.

De retour chez moi, il m’a fallut parler avec mon père, et notre entretient ne s’est pas bien passé. Alors que je pensais éveiller chez lui un sursaut de colère et de honte pour le fonctionnement de ses propres industries, il m’a rit à la truffe. Je suis, semble-t-il, un pauvre niais idéaliste qui aurait plus sa place dans un temple enfumé d’opium consumé. La Déesse Radieuse a donné des pioches, des gens pour les manier, d’autres pour leur ordonner, il faut être stupide pour ne pas le voir.
Je suis entré dans une rage folle, et, après avoir claqué la porte de la demeure familiale, ai décidé de ne plus y revenir, jamais. J’ai bien fait. Si ma mère éprouve toujours la même tendresse pour moi, et que nombre de mes parents plus ou moins éloignés conservent une certaine affection à mon égard bien qu’ils gloussent doucement dans les alentours de ma présence.
J’ai tenté de changer les choses, des deux côtés. Tout d’abord, je me suis rendu dans plusieurs mines. J’ai regardé chez les concurrents, chez les parents, chez des indépendants. Partout le joug est le même, mais les mineurs l’acceptent, ne pouvant de toute façon bien souvent pas rêver d’un meilleur emploi. Alors j’ai pensé que j’étais celui se fourvoyant, et j’ai essayé de rentrer dans le moule. Je suis retourné dans les mines, mais je n’ai même pas tenu un mois, et pourtant j’ai fait de gros efforts.
Si certains souffrent d’être enterrés, de la moiteur de l’air, du travail éreintant, moi c’est l’absence totale de liberté qui me mine et me détruit petit à petit. Aussi ai-je décidé d’embrasser une carrière qui ne me demanderait pas de rester en permanence sous la houlette d’un autre. Je suis devenu mercenaire. J’étais encore très jeune alors, tout juste dix-neuf ans, peut être, et je ne pouvais guère faire mieux que tomber sur les fesses devant un ennemi trop coriace.
J’ai commencé petit. J’ai fait des rencontres. Bonnes, mauvaises. J’ai apprit des combines, des tours, des vérités, et la survie. Aujourd’hui je suis un mercenaire solitaire tout à fait potable. Je me suis déjà rendu plusieurs fois à la surface, dans ce monde de cauchemars, et j’ai sillonné ces terres sans en crever, plus par miracle qu’autre chose d’ailleurs. Mais je ne compte pas m’arrêter ! Cet espace est immense, et personne ne le gouverne encore réellement. La Déesse Sol déchire le ciel de ses puissants rayons, mais elle ne parvient pas à faire vaciller sa sœur endormie. Autant dire qu’elle donne l’impression d’une bonhomme de mousse tapant contre un mur de briques, et pendant ce temps, la surface demeure sauvage et pleine de mystères, des mystères que je chasse, quand je ne traque pas les criminels ou les timbrés perdus.



VOUS
Âge : + de 18 ans
Comment nous avez-vous trouvé : Je suis le fonda '3'
Intérêt du forum : ...
Que pensez-vous de vous en tant que rédacteur : Que j'ai connu pire
Désirez-vous avoir accès à la zone 18+ : Yup !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Joyaux : 119
Date d'inscription : 09/04/2017
Mar 13 Juin - 1:10
FÉLICITATIONS TU ES VALIDÉ(E)

Tu peux dès à présent recenser ton avatar ici : recensement avatar
Pour tes capacités recense uniquement les non-raciales ici : recensement capacités
Les métiers et grades se recensent là : recensement métiers/grades

Tu peux te proposer pour des aventures ici : demandes de rp
Pour parler de toi, de tes pouvoirs, de tes aventures, c'est par là : inventaire/carnet de vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Poème tragique
» Nom d'un loup mal léché! Pouquoi tu me fais ça? PV Jeremy Otto-Terminé?
» Gévaudan le Frère Loup [Terminée]
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cimetière des contes-
Sauter vers: