Eliana Kemple, La Peste Noire

 :: Préambule :: Fiches et recensement :: Fiches validées :: Fiches à MàJ Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Jeu 15 Juin - 17:09
Eliana Kemble, La Peste Noire
ft. Ink Eye's de Magic


"Mon nom est Eliana Kemble et je suis une femme de 29 ans. Je suis pansexuel et je suis actuellement célibataire. Mon principale défaut est mon égoïsme et ma qualité majeure est mon intuition."

  ► La famille: Aucune
  ► Le Groupe: Les Partisans
  ► Pays d'origine: Terres de l'Ombre
  ► Classe sociale: Bubon, assassin.
  ► Age: 29 ans
  ► Race: Furry rate
Citations


"Dites moi, une fois que ma tête sera tranchée, est-ce que j'entendrais, ne serait-ce que pour un court instant, le son de mon propre sang en train de jaillir hors de mon cou ? Ce serait la plus belle manière d'en finir."

Physique


► Taille: 1m83
► Corpulence: Mince et partiellement sulptée
► Couleur de pelage: Blanc légèrement grisé
► Yeux: Rouge sang, brillant dans l'obscurité
► Chevelure: Longue chevelure lisse et blanche.
► Style vestimentaire: Quelques tissus noirs et déchirés pour couvrir les parties intimes. De légères protections en bois aux poignets, cuisse et pattes assez souple ainsi qu'une épaulière sur le côté gauche. Un masque de tissu noir cachant son visage, ne laissant apparaître que ses pupilles écarlate ainsi qu'une écharpe noir flottant au vent.
► Signes distinctifs: Ses yeux rouge luisant et la lame remplacent le bout de sa queue.


CAPACITE


Capacités Raciales :

Membres utiles : Grâce aux fibres solides et denses des muscles de ses pattes, Eliana peut faire des bonds bien plus haut que la moyenne. Ses griffes très pointues et résistante lui permette de grimper à presque n'importe quelle surface. Sa queue quant à elle, améliore grandement son équilibre en faisant office de contre-poids. Elle peut donc facilement tenir en équilibre sur un câble et même enrouler sa queue autour pour ne pas tomber.

Contorsion : Quand la tête d'un rat rentre dans un trou, alors le rat peut aussi y faire passer tout le reste de son corps. En effet, sa cage thoracique peut s'aplatir et se plier, ce qui lui permet de passer dans de tout petits trous.

Sens aiguisés (Odorat et ouïe) : Oreilles composées de minuscules tympans permettant de capter les ultrasons.
Odorat deux fois plus fin que celui de l'être humain.

Sens émoussé (Vue) : Eliana est lestée par une légère myopie. Elle voit donc flou au loin. Elle mise cependant sur les autres sens pour l'aider au quotidien ainsi que son instinct et son intuition.


Capacités :

Agilité lvl 3 (60) : Habileté à changer rapidement la position de son corps. Utile pour esquiver, se faufiler quelque part, faire du parcours,... Elle est aussi utile pour la précision des coups donnés.

Furtivité lvl 3 (60) : Permet de passer inaperçue, de se camoufler, de cacher sa présence.

Épéiste ambidextre lvl 5 (150) : Capacité à se battre avec une arme dans chaque main. Eliana est aussi habile de la main gauche que de la main droite en combat.

Arme de jet lvl 3 (60) : Capacité d'utiliser des armes de jets tel que les couteaux de lancer, kunai, aiguille à lancer, hachette, ...

Magie de poison lvl 6 (210) : Eliana bénéficie d'une magie de poison qu'elle perfectionne depuis plusieurs années. Elle peut empoisonner une armes, un liquide ou de la nourriture sans avoir à passer par un procéder alchimique.
La quantité de poison crée ainsi que son efficacité affaiblira plus ou moins la magicienne.
Un poison sous forme gazeux sera cependant plus long à créer et nécessitera d'être contenu dans un récipient.
Divers sorte de poison peuvent être crée : Paralysie, vomissement, maladie, hallucination, ... Selon la constitution de la personne empoisonné, il est possible que cela soit mortel.
Eliana ne possède pas encore la capacité de créer des poisons causant une mort instantané, seulement de quoi infliger des maladies qui causeront une mort lente et douloureuse.

Enchantement :

Poison de paralysie lvl 1 (10) : La courte lame remplaçant le bout de sa queue bénéficie d'un léger poison de paralysie permanent. Une personne contaminé sera handicapé dans ses mouvements pendant une courte période (Quelques secondes à quelques minutes selon la constitution)


EQUIPEMENT



Quelques protections en bois souple et une épaulette protégeant son côté gauche.
Eliana possède deux armes principales : Une espèce de couperet assez grossier mais bien affûté relié à un manche en bois d'environ 1m50. A l'autre bout de se manche, une longue chaîne y est attachée et au dernier maillon une courte lame tranchante prête en plonger dans la chair.
Elle arbore à son autre main une longue machette, une arme plus classique que la précédente.
Et n'oublions pas la lame paralysante au bout de sa queue, elle pourrait vous jouer des tours.
Pour terminer, Eliana possède un petit arsenal d'armes de jet en tout genre caché à divers endroits sur sa personne.

Aperçu des armes principales:
 



CE QUI SE PASSE DANS MA TÊTE



Un inconnu aborde votre personnage, comment réagit-il ?

 Avant tout, je reste méfiante. On vient rarement me parler de la pluie et du beau temps, c'est en général soit pour demander mes services, soit pour tenter d'y mettre fin. J'analyse donc en premier temps la personne qui se tient face à moi et à l'aide de mes sens j'essaye de voir si d'autres personnes ne sont pas embusquées pour me tendre un traquenard.

Votre personnage vient de toucher une bonne somme d'argent, quelle est sa réaction avec ?

Un mélange de satisfaction et de méfiance. Si je touche une somme élevé c'est souvent grâce à mes contrats et comme on dit, tout travail mérite salaire. Je ne tarde pas à cacher cette somme dans l'une de mes cache dont moi seule connait les emplacements.

Votre personnage a fait une bêtise, quelqu'un s'énerve contre lui, comment réagit-il ?

Ce n'est pas la première que je ferais et encore moi la dernière. La plus part du temps, les gens évite de s'énerver contre moi par instinct de survie. En revanche si c'est le cas, soit je l'ignore, soit je serais plus violent que lui, tout dépendra de mon humeur initiale.

Vous n'avez rien à faire, comment votre personnage passe-t-il le temps ?

J'aime me balader sans avoir à me soucier du temps qui passe. Que ça soit dans les ruelles ou perdu dans les Terres de l'Ombre, je déhambule en mémorisant les lieux et en laissant traîner mes oreilles dans les converstations.
Les gens tel que moi ne trouve pas le repos dans les endroits fréquentés tel que les tavernes, boutiques et autres bordels. Je préfère donc la solitude à la compagnie, m'installant dans des coins tranquilles des quels je peux admirer le paysage.

Pourquoi votre personnage fait-il son travail actuel et pas un autre ?

Une fois que l'on a goutté au doux son de la lame tranchant la tendre chair du cou de sa victime pour laisser s'écouler un gerbe de sang venant immaculer le sol, on ne peut plus vraiment s'en passer... Je ne me vois pas faire autre chose, de toute façon il serait impossible de faire machine arrière.

Quelles sont les passions de votre personnage ?

La chasse, la traque... Que ce soit les animaux pour me nourrir, les monstres pour me défendre ou les hommes pour le travail... et le plaisir. Ce moment de poursuite intense où tu te laisses guider par ton instinct et où l'adrénaline te permet de réaliser des choses dont tu ne pensais même pas être capable de faire. C'est dans ce genre de moment où je me sens vivante.

Qu'est-ce que votre personnage déteste ?

Je déteste par dessus tout les faux innocents. Ceux qui se cache derrière le fortune, leur pouvoirs ou leur influence sans rien faire. Ceux qui n'agisse pas alors qu'ils en ont les capacités et donc laisse les plus démunie face à un problème dont ils ne peuvent pas lutter.

Comment votre personnage se comporte-t-il en public habituellement ?

En règle général, je fais en sorte qu'on ne capte pas mon attention. Je reste dans l'ombre pour mieux observer et ne pas me faire remarquer. Je reste rarement au même endroit pendant une trop longue période et de toute façon, je ne suis que rarement en public.

Qu'est-ce que votre personnage pense du monde ?

Un gros tas d'inégalité et d'égoisme, que ça soit les hommes ou les dieux.
Je me fiche des conflits religieux et des déesses, cela me dépasse totalement et je ne pourrais rien y changer. En revanche, j'essaye d'épurer à ma façon certaines plaies humaines qui agrège d'avantage le monde fragile sur lequel nous vivont. Et j'y ai pris goût.


Histoire




Loic Jimterre a écrit:
« J'ai fait un cauchemar et je me suis réveillé au milieu de la nuit.
J'ai vu que, pour une raison quelconque, la fenêtre était ouverte, même si je me souvenais l'avoir fermée avant d'aller au lit. Je me suis donc levé pour la fermer une fois de plus. Ensuite, je me suis simplement glissé sous mes couvertures et j'ai essayé de me rendormir. C'est alors que j'ai eu un sentiment étrange, comme si quelqu'un me regardait. J'ai levé les yeux, et j'ai presque sauté de mon lit. Là, dans le petit rayon de lumière, éclairant entre mes rideaux, il y avait deux yeux.
Ce n'étaient pas des yeux normaux, ils étaient luisant, des yeux menaçants, emplie de rouge et... qui me terrifiaient tout simplement.
Le reste de son visage était masqué, mais à travers ses pupilles, je ressentais une pulsion qui me donnait la chair de poule... Cette silhouette se tenait là, me fixant du regard. Finalement, après ce qui m'a semblé être une éternité, elle a dit une simple phrase, mais d'une manière dont seule une psychopathe pourrait parler.

Elle a dit "La peste noire ...". J'ai crié, c'est alors qu'elle s'est précipitée vers moi. elle a sortit un couteau, visant mon cœur. Elle a sauté au-dessus de mon lit, la lueur de ses yeux pourfendant toujours mon regard et puis plus rien.

Je me suis réveillé en sursaut le lendemain, tout semblais en ordre mis à part ma fenêtre qui était de nouveau ouverte. Je me demandais si cela n'était qu'un autre cauchemar ou bien la réalité, je tentais de ma rassurer comme je le pouvais après cette nuit agitée.»

« Aujourd’hui je ne le sentais pas mieux qu'hier. Non pas dû à de nouveaux cauchemar, mais je pense avoir contracté quelque chose. La fièvre me gagne, mon corps me fait souffrir et ma tête brûle. Mon cou semble gonfler étrangement, je me fatigue et je n'ai pas les moyens d'aller consulter un médecin...»

   Le récit de l'histoire fut interrompu par le bruit de la fermeture du journal. Assise sur un poutre apparente du maison abandonnée des Hameaux Gris, une jambe pendant dans le vide, une créature à la fourrure blanche masquée d'une voile noir tenait en ses mains le journal d'une de ses victimes.

    "Trois jours avant de rendre son dernier soupire. Et il n'a pas eu le courage d'écrire le dernier chapitre, dommage, c'est souvent le plus intéressant."

 Un homme était aussi présent dans la pièce, regardant toujours autours de lui en essayant de cacher les sueurs froides qui ruisselaient sur son front. Il tenait à sa main droite, une bourse des plus alléchante qu'il ne tardera pas à poser au sol devant lui. D'une voix tremblante il vint rétorquer en fixant le parquet.

     "Bien... Bien... Il a souffert comme ce qui était prévu.. Ce sale chien de bâtard ... Y'a tout la dedans, vous pouvez compter... "

La demoiselle perchait sur son morceau de bois esquissa une sourire sous son masque de tissus, visible à ses pommettes se relevant légèrement. Tout en jouant avec la pointe, la faisant passer entre ses doigts, elle déposa son regard rougeoyant sur l'homme en question.

     "Tu sais très bien que si la somme ne correspond pas à notre arrangement, tu seras le prochain. Je n'ai donc pas besoin de vérifier maintenant. Maintenant vas-t-en, tu n'as plus rien à faire ici.

Sans se faire attendre, il recula en arrière sur quelques mètres pour finalement se retourner et emboîter le pas d'une marche rapide. Quelques secondes plus tard, Eliana se laissa tomber pour atterrir parfaitement sur ses pattes arrières. Elle ramassa la bourse pleine d'or au sol et vint sortir par la porte de derrière, ne laissant derrière elle qu'un silence froid et pesant.

____________________________________________________________

  Parmi les personnes de mon genre, il y a ceux qui ont eu la chance d'avoir une enfance heureuse pour finalement décliner vers le mauvais côté à une période de leur vie. Et il y a les autres. Ceux qui depuis l'instant de leur venue au monde doivent se battre pour montrer qu'ils méritent leur place. D'aussi longtemps que je me souvienne, je n'ai pas eu droit l'affection de la part de mes parents. Je n'étais qu'un enfant de plus qui servirait à travailler le champ tel que mes frères et mes soeurs, rien de plus. J'ai grandis dans ce taudis des Terres de l'Ombre pendant 10 ans, entassée avec le reste des marmots la nuit et travaillant la terre le jours, jusqu'à qu'un événement change le cours de cette histoire. Notre champ avait mystérieusement prit feu durant la nuit, détruisant presque l'intégralité de notre dur labeur. Déjà que nous avions à penne de quoi nous nourrir les prochains mois allaient être très difficile. Et pour ne pas aider à nos problèmes, peu de jours après il fallait payer l'impôt au seigneur local et comment payer quand l'argent se fait manquer ? Perdre la maison aurait été perdre la seule source de revenu que mes parents puissent avoir, ils leur fallaient trouver une solution. Et c'est ainsi que moi, Eliana, fille de 10 ans, fus vendu à un trafiquant d'esclave pour sauver ma famille de la misère. Je n'ai pas beaucoup de souvenir de cette époque car j'ai étais très vite achetée par un riche seigneur, était-ce une bonne chose ? Je ne l'ai jamais vraiment su.

 Je fus donc forcer à servir ce vieux crasseux pendant plusieurs années. Je n'oublierai jamais son visage joufflus me regardant avec une telles perversion dans le regard. Grondée, giflée, frappée, violée... Un quotidien dont on ne s'habitue jamais. Je ne comptais pas rester ici éternellement, je rêvais de trouver un moyen de m'enfuir d'ici, mais je ne pourrais jamais survivre sur ces terres infestées de monstre. Il fallut donc être patiente. Chaque jours, je profitais des quelques heures de répit que je pouvais bénéficier pour observer la garde s’entraîner et reproduire les mêmes mouvements à l'aide d'une épée d'entrainement que j'avais volée. Avec acharnement je gagnais en maîtrise, un des gardes m'avait même entraîné en douce à plusieurs reprises.
Lors de cette période, j'ai pu aussi effectuer mon éveil magique en découvrant mon affinité au poison, c'était une force supplémentaire que j'allais mettre à profit.
Chaque jours, je puisais dans mes ressources pour empoisonner la nourriture de mon maître. Les années passaient et les forces du seigneur s'amenuisaient petit à petit, jusqu'au jours où j'étais prête.

 Mes affaires étaient prêtes, mon sac était caché vers mon point de fuite. C'était le jours d'anniversaire du seigneur, mais son corps n'était pas apte à festoyer. Les toxines qu'il ingérait depuis plusieurs années avaient leur travail, ses os étaient devenus fragile et ses organes faibles mais il était toujours en vie. Au crépuscule, je pénétrais dans sa chambre le coeur battant la chamade. J'avais rêvée de ce jours pendant tant d'années... Il était là, couché sur son lit de mort en me regardant. Je vins lentement me glisser sur le lit tout en le fixant avec un regard des plus sensuel. Me posant à califourchon au niveau de ses hanches, je vins effectuer de lent vas-et-vient avec mon bassin, nos deux corps se caressant entre nos vêtements. Son regard pervers m'observait, accompagné d'un sourire accomplis. Lentement je vins diriger ma tête vers la sienne en chantonnant une douce chanson : "Joooyeux a...nni...ver..saaire. Jooooyeux aaa..nni..veeersaaire."
Lentement, je venais saisir la dague cachée à ma ceinture, la rapprochant de la gorge de mon maître jusqu'à ce qui ressente le froid de l'acier contre sa peau. Son teint devint soudainement livide quand il comprit enfin ce qui allait arriver et ses yeux écarquillés me suppliant du regard. Soudainement, je levais mon bras pour venir planter violemment la lame dans son cou, répétant le geste à plusieurs reprises tout en continuant la chanson : "JOYEUX ... AA.. NNI.. VER... SAAAIRE... Connard...". Posant le couteau sur les draps, je venais reprendre mon souffle en contemplant mon oeuvre. Mes mains tremblaient, je ressentais toujours l'effet de l'adrénaline et mon coeur battait comme jamais. Mais je ressentais surtout une joie immense en voyant cette pourriture dans un tel état. Après quelques secondes de répit, je me levais du lit tout en prenant le temps de m'essuyer les mains sur le drap puis me diriger vers la sortie tout en chantonnant ces dernière paroles : "Joooyeux aaaaanniversaaaaaire..."

Il fut ensuite facile de sortir du domaine, je connaissais tout les recoins de cette endroit et sans me faire repérer, je pus sortir avec mes affaires bien avant que l'alarme ne soit donnée.
Les premiers jours ne furent pas les plus facile. J'étais confrontée à la dure vie de ce monde et je ne pouvais pas me permettre de fréquenter les villes voisines après mon assassinat. Je survivais donc dans la nature pendant plusieurs mois, chassant les animaux pour me nourrir, tuant les monstres pour me défendre, parfois fuir contre certain bien trop puissant. Je prenais soin de continuer mon entrainement pour devenir plus forte, il fallait que je puisse me débrouiller seule.
Après ces quelques mois, je décida d'entrer dans un ville pour me frotter à la population. Plus précisément, dans les quartiers mal famé pour me trouver une porte d'entrée vers mon futur métier, si on peut appeler ça comme ça.
Je pus donc effectuer quelques contrats en prenant soin de respecter les envies de clients. Soit la personne souffrait de mes maladies, soit elle se faisait assassiner de mes lames, ce qui me valut le surnom de Peste Noire.
Et c'est ainsi que plusieurs années à progresser dans cette branche eurent lieu. Tuant tout ce qui m'était demandé tant que la somme suivait, que cela soit un paysan, un noble ou parfois même d'autres assassins que je connaissais. Je ne faisais confiance à personne et au bout d'un moment, plus personne ne me faisait confiance non plus. Avoir un ami dans ce milieu, c'est offrir un point faible à ses ennemis de toute manière.
De fil en aiguille, je fus donc haï par les parias eux-même et je me faisant insulter de Bubon par les pires raclures, ce que je trouvais ironique. Je pris donc goût à cacher mon visage pour éviter que l'on me reconnaisse en public, arborant dorénavant un masque de tissu noir ne laissant apparaître que la couleur rougeoyante de mes yeux.

De nouvelles années passèrent et maintenant les gens craignent le Peste Noire, que ce soit la populace ou les assassins eux-mêmes. Je continus de gagner de l'argent via des contrats d’exécutions et profitant de ma liberté pour explorer les Terres de l'Ombre à ma guise. Prenez garde, car un jour, il est possible que votre nom soit sur ma liste et vous risquez fortement de regretter cette instant.



Un peu de vous


  ► Pseudo(s) fréquent(s): Lunah
  ► Tu as quel âge? 20 ans
  ► Tu nous a trouvé où ? Grâce à Motet '3'
  ► Comment tu trouve le forum? Franchement pas ouf... NAN YÉ DECONNE ME BAN PAAAS T~T J'aime beaucoup l'histoire et je pense qu'il a beaucoup de potentielle (En plus y'a du H ...) Il manque plus que du people !
  ► T'as un autre compte? Lequel? Nope
  ► T'as pas un truc à nous dire hein? Les coccinelles sont des coléoptères ehehe
  ► Désirez-vous avoir accès à la zone 18+:YEEEES !! YEEEES !!! (Bison ref :v)

Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Joyaux : 120
Date d'inscription : 09/04/2017
Dim 18 Juin - 17:24
FÉLICITATIONS TU ES VALIDÉ(E)

Tu peux dès à présent recenser ton avatar ici : recensement avatar
Pour tes capacités recense uniquement les non-raciales ici : recensement capacités
Les métiers et grades se recensent là : recensement métiers/grades

Tu peux te proposer pour des aventures ici : demandes de rp
Pour parler de toi, de tes pouvoirs, de tes aventures, c'est par là : inventaire/carnet de vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La peste noire
» The White City Hérald N°4 - Mai 2009
» [Récit] Gloire mérité à la peste noire !
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Préambule :: Fiches et recensement :: Fiches validées :: Fiches à MàJ-
Sauter vers: