Sans raisons valables [ Saccage ] ( Terminé )

 :: Cimetière des contes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Dim 6 Aoû - 2:26
Une semaine à peine après leur dans un petit village non loin des marécages putrides, le duo fait une halte mérité dans un piteux coin nommé Hameaux Gris. Alors que ces deux-là se rendaient dans l'auberge la moins miteuse du coin, ils se font interpellé part une étrange inconnu qui leur propose un juteux contrat:

"-Un individu se trouve ici. Il se fait appeler Skarg Bélier. Il a en sa possession quelque chose qui me revient. La chose en question ne te regarde pas, mais elle vaut cher, très chère, et il veut la revendre. Je tiens en parfaite horreur les traîtres à leur parole, et Skarg a rompu de son propre chef un contrat avec moi au sujet de cette chose. Il y a gagné gros, tu pourras tout prendre. A une condition. Toute sa bande, ses acheteurs, et probablement quelques personnes en plus, savent que je veux le peler comme un fruit. Je me charge de présenter ses abats sur son bureau, mais toi tu vas devoir massacrer sa petite troupe. Si tu en laisses s'échapper après qu'ils t'aient vu ce n'est pas grave, mais je veux qu'il soit clair que je ne suis pas intervenue, et que tu es l'auteur de tout ça."

Puko hésite un moment. Puis, il accepte. L'étrange inconnu se volatilise avec grâce. Hira ne semble cependant pas apprécier la décision de son ami:
"Hira: Je veux pas tuer des gens sans bonnes raisons, tu le sais pourtant...
Puko: Qui parle de tuer? Regarde cet endroit, il est miteux, et ses brigands le sont probablement aussi. Nous allons nous contenter de les terrifier pour les rembucher.
Hira: Rembucher?
Puko: C'est un verbe que l'on emploi pour exprimer l'action de renvoyer un animal dans les bois, en principe.
Hira: Ha! C'est bon, j'ai compris. Tu pourrais utiliser des mots moins savant quand tu parles."
Puko soupire.

Un peu plus tard, Puko et Hira s'installe à une table dans une petite auberge crasseuse. On leur sert une assiette de bouillie étrange. Hira regarde son assiette avec horreur. Puko lui, l'englouti sans retenir les tous les bruits de bouches qui peuvent se produire. Hira lève les yeux vers lui, dégoûter, elle décide de lui laisser son assiette, ce qui ravi l'hybride glouton:
"Hira: Comment on va faire avec Karg machin?
Puko: Skarg Bélier. Et ça n'est vraisemblablement pas son vrai nom.
Hira: Mh...
Puko: A mon avis 'dégluti', tu ne devrais pas te montrer pour commencer.
Hira: J'ai pas non plus envie de te regarder faire Puko...
Puko: Encore une fois, tu 'enfourne' tche méprend ma 'mâche' chère. 'dégluti' Nous allons d’abord trouver leur repère, puis, nous trouverons un endroit où te poster. Tu jouera un rôle de sniper.
Hira: Et toi?
Puko: Je me rendrai sur place et ferais étalage de mes talents d'orateur.
Hira: Tu connais juste plein de mots, tu n'as aucun talent à de radiateur.
Puko: Orateur Hira... Orateur... Et de toute manière. On va leur faire croire que je suis un puissant mage. Je commencerai par faire léviter un ou deux trucs, avec un peu de chance ils n'auront jamais vu de télékinésie. Puis nous passerons au stade suivant. Ils devraient se rebiffer contre moi. C'est à ce moment que tu vas intervenir, non seulement tu devras couvrir mes arrières, mais en plus tu devras tirer en cadence quand je donnerai le signal. Et tire sur des objets, ou éléments qui font du bruit, qui éclate. Il faut que cela soit impressionnant.
Hira: J'ai pas confiance en ton plan."
Puko se fige, tombe les oreilles et grimace, désappointé.

Plus tard, quand la nuit commence à tomber, le duo se met discrètement à la recherche de la tanière de Skarg:
"Hira: J'ai vraiment pas confiance en ton plan.
Puko: Cesse un peu de te morfondre. Un plan ne marche jamais comme on le veut, mais les miens finissent toujours part réussir.
Hira: Ha oui? Comme la fois ou on a perdu tout nos vivre parce-que tu voulais t'en servir d'appât pour les loups? Ou quand on s'est fait volé nos bourses par des brigands parce-que tu supposais qu'ils n'était qu'une poignée alors qu'ils étaient une douzaine?
Puko: D'accord, d'accord, j'ai compris, arrête. Cela n'empêche pas que la plupart du temps ils fonctionnent.
Hira: Mouais..."
Les deux aventuriers finissent par tomber sur le domicile de Skarg. Difficile de le rater en même temps, c'est le seule bâtiment qui ressemble à quelque chose dans le coin:
"Puko: reste là Hira, je vais faire le tour.
Hira: 'soupire'."

Pendant que Puko fait un petit tour, Hira croise le regard d'un des gros bras à l'entrée. Une violente angoisse s'empare d'elle et la pauvre ne peut s'empêcher de s'enfuir d'un pas pressé. Le garde rigole en tapant l'épaule de son collègue et montrant du doigt la jeune femme.

Quelques minutes plus tard, Puko est de retour. Mais il ne trouve pas son amie. Il s’emploie à la chercher quand elle l'appelle depuis une petite ruelle sombre:
"Hira: Puko, ici.
Puko: Qu'est-ce que tu fais là? Pourquoi tu ne m'as pas attendu là où nous étions?
Hira: J'avais peur qu'on me voit... répond-t-elle avec gêne"
Puko soupire puis brif la jeune femme. Il n'y a qu'une entrée, celle avec les deux gardes. Il y a une douzaines d'hommes environ, peut-être plus. Le duo décide d'aller se coucher et d'attaquer demain matin, quand le soleil se lèvera. Ils posterons alors Hira de ce côté pour qu'elle soit cachée par l'éblouissement. Enfin, il établisse quelques code pour coordonner les tirs de Hira et les gestes de Puko.

Le moment venu, Hira se met en position, une grande vitre lui donne un visuel sur le salon du rez-de-chaussé. Puko positionne un clone derrière lui, qui le suit. L'hybride s'avance vers les deux costauds:
"Puko: Alors les faquins, on se prend fait les alvéopyges?
Garde de droite: Tu racontes quoi là, vermine. Dit-il en se penchant.
Puko: Si tu ne veux pas finir avec ton sabre logé dans le rectum, tu ferais mieux de baisser d'un ton et surtout de te redresser, vil faquin."
En effet Puko s'est amusé à dégainer le sabre du garde qu'il fait léviter au niveaux des fesses de c dernier:
Garde de gauche: C'est quoi ça?"
Il dégaine son arme et s'approche de Puko qui d'un geste de la main vers le sabre donne l'impression de l'avoir fait explosé. Il s'agit bien évidemment en réalité d'un tir bien placé de Hira. Par chance le bruit du coup de feu semble passer pour un artifice magique:
"Garde de gauche: Ok ok 'pti gars, qu'est-ce que tu veux?
Puko: D’abord je veux entrer et voir vos hommes. Qu'ils comprennent à qui ils ont à faire. Je souhaite que les choses soit claires."
Les hommes laissent le raton entrer et préviennent les neuf autres hommes présents dans la pièce:
"Puko: Bien, ouvrez bien vos oreilles de coprolithe. Je veux que vous ayez disparut d'ici demain. Plus la moindre trace de votre présence, c'est bien comprit?
Un des hommes: Vous nous prenez pour des abrutis, coupez-moi cette saloperie en deux, je veux plus en entendre parler."
Trois hommes s'avance vers Puko arme à la main:
"Puko: C'est ça dégainez grands singes. Je vais vous montrer une première fois ce qu'il peut arriver à votre crâne, puis nous reprendrons une conversation civilisée."
Puko reproduit son geste. Encore une fois, l'une des armes se brises, mais la vitre aussi. Puko n'avez pas prévu ce problème et tente de se rattraper. Il tourne les yeux vers la vitre:
"Puko: Il semblerait en plus que je commence à avoir du mal à me contenir. La prochaine risque de faire très mal..."
Les hommes restent sans voix. L'un d'eux décide alors d'aller chercher Skarg. Puko n'avez encore une fois pas prévu cette éventualité. Il alors le seul signe qu'il ne voulait pas utiliser, et désigne l'homme qui s'en va chercher Skarg. Trois très longues seconde passent, témoignant de l'hésitation de Hira. Puis soudain, un tir retenti et la tête de l'homme éclate. Sur ce, les deux gardes ainsi que deux autres gars partent:
"Puko: Voilà que certains on comprit le message... Si quelqu'un doit aller voir Skarg, ce sera moi. Vous, vous faites petits et vous disparaissez."
La plupart ne semble pas vouloir accepter. Cependant, les artifices de Puko semblent marcher puisque, les uns après les autres ils s'en vont. Puis Puko monte jusque dans le bureau de Skarg. Un homme est présent. Puko fait rester son clone à la porte. L'homme dégaine son arme, c'est un minautor:
"Minautor: C'est toi qui a fait ça?! INSECTE!!!"
Il abbat son énorme masse sur puko qui n'a d'autre choix que d'esquiver de justesse le coup lent de son adversaire. Il prend alors une inspiration et regarde rapidement la pièce pour trouver la mise. Cependant Puko ne parvient pas à repérer le butin. Il doit encore esquiver deux coups de masse qui détruire en partie la pièce. Puko commence à s'épuiser quand il remarque un gros sac caché sous le plancher à moitié cassé. Il se jette dessus en esquivant un dernier coup de masse. Mais le minautor parvient à écraser sa queue avec son sabot. Puko hurle de douleur, assez pour qu'Hira l'entende et commence à s'inquiéter. Puko s'étire de son long pour saisir le sac. Le minautor brandi son arme:
"Minautor: Je vais t'encrer avec le plancher, sale rat!"
Puko attrape de justesse le sac et échange sa place avec son double. Il en profite pour railler le monstre:
"Puko:J'aurais pu faire de même avec toi, la vachette."
Puko prend néanmoins ses jambes à son coups pour rejoindre Hira. Il parvient sans difficulté à semer le minautor. Il ne passe pas inaperçu avec ce gros sac, plus gros que lui. Mais il parvient à rejoindre Hira et Maoham. Hira lui prend le sac pour le débarrasser:
"Hira: Tu vas bien? Qu'est-ce qu'il s'est passé?
Puko: Je vais bien Hira, un minautor m'a juste écrasé la queue.
Hira: Mais c'est grave.
Puko: Non Hira, c'est queue."

Puko et Hira retrouve l'étrange inconnue plus tard à l'écart du hameaux. Ils conclusent le contrat avant de se séparer.

Puko et Hira son sur le chemin quand ce dernier se permet une remarque:
"Puko: Tu vois, mon plan à fonctionné.
Hira: Mais j'ai dû tué quelqu'un, sans bonnes raisons.
Puko: Dis "raisons valables", c'est mieux tourné.
Hira: ...
Puko: Bientôt, il nous faudra tuer beaucoup, nous y seront contraint. Alors fais-toi une raison Hira."
La jeune femme continue de bouder son ami en l'évitant du regard.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Arthémis - le corps n'est rien sans l'âme [Terminé]
» Ision Lorindiar, l'homme sans visage [Terminé]
» Mission : Reporter sans frontière [Terminé]
» Anne ¤ Un homme sans passé est plus pauvre qu'un homme sans avenir. [Terminé]
» “On ne mange pas le diable sans en avaler les cornes.” [PW Wound] -Terminé-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cimetière des contes-
Sauter vers: