Histoire de la création jusqu'aux jours actuels

 :: Préambule :: Contexte et infos Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 51
Joyaux : 117
Date d'inscription : 09/04/2017
Lun 16 Oct - 23:32


Au commencement des temps, il n’existait rien. Le vide absolu ne connaissait ni la matière, ni le temps, ni la magie. Aucune énergie d’aucune forme ne le remplissait.

Puis Elle apparut, celle qui fut nommée plus tard La Mère De La Nuit. Une forme de conscience endormie. Dans son sommeil elle rêva la magie, une puissance apparemment sans limite qui donna vie à la matière et se répandit à travers le vide immense, le peuplant de constellations, de soleils autour desquels orbitent des planètes. De ses songes s’échappèrent tant de choses qu’en faire le compte serait impossible. C’est à la faveur de ces poussières de matière dispersées dans l’ensemble de la création qu’une pierre robuste se forma. Ni géante ni minuscule, il s’agissait de la première version du monde de Sollune.

Lorsqu’enfin elle ouvrit les yeux, La Mère De La Nuit mit les objets en mouvement. Elle créa par son éveil le temps, une force surpuissante qui s’imposa sur toute chose. Avec le temps, les astres tournèrent, les planètes changèrent de formes, se déplaçant, s’entrechoquant, se broyant ou s’agglomérant. C’était un temps de chaos, de destruction et de création sans début ni fin. Un désordre sans nom régnait d’un bout à l’autre de la création. Alors La Mère De La Nuit décida d’ordonner les choses, afin qu’elles cohabitent sans heurts, et que l’ordre prospère.
Elle rangea le ciel, lissa les galaxies, modéra l’appétit des trous noirs, et enferma les plus violentes manifestations cosmiques dans des gangues de magie inexpugnables. La paix s’imposa alors peu à peu, remplissant l’univers d’un silence étrange. Son travail terminé, La Mère De La Nuit patienta. Et sans savoir ce qu’elle attendait, finit par trouver l’ennui.

Contre l’ennui elle créa. Si la matière avait déjà vu le jour par son esprit, elle pouvait s’en jouer comme d’une boule de glaise une fois éveillée. Elle créa la terre, l’eau, le fer, l’air, et bien d’autres choses encore. Mais sous ses doigts les choses conservaient leur inertie, mortes et froide. L’air ne s’agitait d’aucun vent, l’eau ne coulait pas, et la roche demeurait un bloc neutre et inamovible. Comme toutes ces choses perdaient rapidement de leur intérêt, La Mère De La Nuit se chercha une autre occupation. Elle se tourna vers le reste de la création, et décela un manque. Elle était seule, rien ne bougeait, ne pensait, ne parlait, ne créait. Ce qui lui manquait, c’était une égale.

Fruit de sa volonté et de sa toute puissance, une deuxième entité naquit, semblable en elle en tous points. Sa force sans limites, ses capacités infinies, son esprit supérieur, tout en elle ressemblait à La Mère De La Nuit. Elle fut plus tard nommée Raïja, la Radieuse.
Dans les premiers temps de leur cohabitation, les deux puissances apprirent à se connaître. Elles discutèrent, essayèrent de nouvelles choses, chacune s’inspirant des idées de l’autre, et inventèrent les éléments de la création. Leur belle entente dura longtemps, dessinant des constellations et apportant des forces nouvelles aux éléments de la création. Puis il y eut un désaccord.

La Mère De La Nuit préférait un monde de paix et de douceur, ou le rugissement des soleils devenait le murmure bas d’une flamme. A l’inverse, Raïja la Radieuse appréciait les démonstrations de puissance des éléments. Sous ses doigts les ouragans se déchaînaient et les volcans explosaient si fort sur les planètes qu’elles manquaient de se fendre, ou de fondre sous la chaleur des éruptions solaires.

Alors il y eut un conflit. Raïja accusa son aînée de s’en prendre à ses plus belles créations pour les détruire en les rendant molles et impuissantes. La Mère De La Nuit s’en défendit, expliquant seulement qu’il fallait donner à l’univers plus de paix et de retenue. Comme la colère de Raïja ne faiblissait pas, elle décida d’établir un compromit, ensembles, elles créeraient un monde, une chose unique dans tout le cosmos, et qui ne fonctionnerait qu’en y mettant chacune du leur.

Sollune fut créée. Ensembles les puissances élevèrent des montagnes qui transperçaient les cieux, creusèrent des océans si profonds que la lumière y était engloutie, et répandirent partout le souffle de l’air. Mais toujours, Raïja la radieuse voyait trop grand. Elle fit un pic, et lui donna la hauteur du ciel. Elle souffla le vent, et arracha les pierres au sol, elle creusa des vagues dans les flots, et noya les terres. Alors La Mère De La Nuit intervenait. Elle amoindrissait la violence de ses créations, leur énormité terrifiante. Dans ses chaînes le vent devint un murmure agitant les branches, les feux dévorant des volcans se turent pour ne plus éclater que rarement, et les flots connurent un calme relatif, léchant doucement les plages et les falaises. Chaque fois qu’elle calmait les créations de sa puînée, La Mère De La Nuit lui laissait tout de même un peu de ce qu’elle avait créé, le rendant plus adapté à un monde paisible. Aussi, lorsque Raïja, dans la recherche d’une nouveauté qui ne serait qu’à elle, créa la vie, elle fut ulcérée que sa sœur invente la mort, mettant un terme à l’existence de chacune de ses créations.

Cette fois la querelle qui prit entre les deux puissances tourna mal, et Raïja forma des êtres intelligents afin qu’ils détruisent son aînée, ne supportant plus son existence. Elle donna vie aux Humains versatiles, au Elfes agiles, et aux Nains robustes. Quand ils se répandirent sur le monde, désireux de destruction, La Mère De La Nuit ne put que répondre de la même façon.
A son tour elle éleva une armée, piochant dans les ressources les plus chères à son cœur. Elle prit dans la magie primaire et les créatures déjà formées, à qui appartenait ce monde de paix qu’elle cherchait à bâtir. L’espèce Furry, pleine de ressources, vit le jour, ainsi que les Sylves des forêts sombres, et les Immatériels, puissants esprits élémentaires. Ces nouvelles créatures baptisèrent leur créatrice Yula.

La guerre fut d’une violence inouïe, et dura plus de temps que les mémoires ne peuvent s’en rappeler. Des bastions furent élevés, prit, incendiés, édifiés de nouveaux, éclatés par la guerre… Sans cesse la violence envahissait chaque parcelle du monde, le marquant d’innombrables cicatrices. Peu à peu, il se mit à dépérir, et le labeur des deux puissances fut comme empoisonné par leur querelle.
Alors La Mère De La Nuit prit une mesure sévère contre sa sœur. Elle qui avait éveillé toute chose dans l’univers, elle laissa éclater la fureur qui couvait au fond de sa conscience. Des énergies comme la création n’en avait jusque là jamais connue furent déchaînées, déchiquetant les armées, défonçant les villes fortes, rasant des lieues entières de campement et de cultures. Raïja la Radieuse fut chassée, avec tous les siens, expulsés de la surface du monde. Mais la Radieuse n’entendait pas se laisser abattre en un coup, et elle parvint à planter des griffes dans la terre de Sollune. Elle ne pouvait toutefois rien contre sa sœur, mais parvint à emporter avec elle des morceaux de leur monde commun, qui restèrent alors suspendus dans les cieux.
Blessée et épuisée par sa sœur, Raïja la Radieuse s’enfuie pour panser ses blessures. Elle trouva refuge dans le Soleil, voyant en lui un moyen de garder la main mise sur le monde au dessus de lui. De la même façon, certains prétendent que La Mère De La Nuit occupe la Lune, où elle dormirait pour masquer à son esprit les horreurs créées par sa sœur.

Et depuis ce jour, la guerre n’a jamais cessée. Les races se sont détestées selon leurs origines au début, avant de s’apprivoiser peu à peu. Certains ont parlé avec d’autres d’une espèce qui appartenait au bord ennemi. Il y en a qui se sont laissés convertir. Les débuts furent difficiles, mais avec le temps, les espèces se sont mêlées, et aujourd’hui elles vivent ensembles, mais les camps perdurent. Si des elfes combattent pour La Mère De La Nuit, il existe aussi des furries dans le camp de Raïja la Radieuse.
Des centenaires ont passé depuis, pourtant la haine couve toujours, et il en faut peu pour que des têtes tombent lorsque les uns se rendent sur le territoire des autres. Le mot de passe du contexte est "parpaing". Durant ces batailles et ces tentatives d'intrusion dans les territoires ennemis, les créatures de Raïja la Radieuse on découvert un matériaux formidable. Le cristal de Lune, une pierre magique n'existant que dans le sous sol de la planète, sous les terres d'ombres de Yula. Ils ont inventés de nouvelles technologies avec, elles leur sont devenues vitales, écrasantes de supériorité face à la pauvreté des moyens des partisans de Yula. Ajoutant le progrès aux causes qu'ils défendent, le peuple de Raïja la Radieuse prétend désormais que Yula est une déesse contre le progrès, et qu'il faut la détruire aussi pour cela. Le peuple de Yula, quand à lui, ne supporte pas les groupes armés débarquant chez eux, massacrant ceux qu'ils trouvent sur leur chemin, pour finalement ne prendre que des cailloux qu'ils ramènent chez eux sans partage. Ils défendent alors plus âprement encore leur territoire.
Certains du bien fondé de leur cause, les deux camps s’affrontent sans pitié. Une voix de paix cherche bien à se faire entendre, mais elle est faible pour le moment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Histoire des grands magasins de Paris
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» [Théorie] Le rôle des légendaires dans la création du monde Pokémon
» Histoire et Ordre d’Hermès
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Préambule :: Contexte et infos-
Sauter vers: